mardi 5 février 2013

Etre important...


Hier, je donnais un spectacle à deux heures de l'après-midi devant les résidents du CHSLD Centre-ville. L'an passé, ça m'a pris deux semaines me remettre de l'expérience de chanter en prison !
Aujourd'hui, 16 h 26... Je n'ai pas dormi de la nuit, je prédis environ le même temps pour ma reprise émotionnelle...

Un spectacle-intervention, c'est un show mais pas un show, c'est une intervention mais pas une intervention... C'est un peu magique... On ne peut pas l'expliquer ! On dirait que je ne chante pas de la même manière. Je ne chante pas juste pour moi... je deviens leur voix... j'entre dans leurs vies... comme un acte presque indiscret. J'ai l'impression de faire partie d'un tout. Comme si je participais à recoller nos corps éparpillés... Je me rappelle de Sylvie, de ses yeux lumineux comme une enfant, de la madame en avant de moi qui passait des commentaires pendant le show... qui trouvait que j'avais une belle robe... et qui me le disait spontanément... au milieu du show. De les voir touchés quand je nomme leurs noms.

Je remercie la vie de m'avoir la chance de vivre ces moments forts de responsabilité sociale. Des moments où j'ai pu donner quelque-chose de très précieux de moi-même... comme si quelque-chose débordait de moi, une part de leur souffrance.

Dans leurs yeux, je lis : « On parle de moi ! Je suis important pour quelqu'un même si je suis handicapé, que je ne peux parler... je compte vraiment, puisque la fille en rouge en avant chante qui je suis. » Cette chanson, J'ferais n importe quoi, s'inspire de leurs écrits... Je suis très fière de l'avoir mise au monde. Elle est venue soudainement en pleine nuit... Prochain step, on enregistre la toune et on leur donne. Pour qu'il puissent, l'écouter quand l'hiver est trop long, quand ils n'arrivent pas à s'exprimer ou quand ils ne sont plus surs d'être importants pour quelqu'un...

lundi 4 février 2013

Paroles de ma chanson J'ferais n'importe quoi que j'ai écrite a partir des textes des résidents du CHSLD. La chanson a vu le jour pour la première fois hier devant leurs yeux!


Je ferais n'importe quoi…
Paroles: Geneviève Morissette, Marcin Brzezinski
Musique: Geneviève Morissette

Même si vos corps sont si fragiles

Vos âmes sont si fortes

Dans les moments les plus difficiles

C'est la foi qui vous porte

Dans les jours pâles, sans maquillage

Vos sourires s'inventent
Tellement d'amour sur vos visages
Même la mort en tremble

Et si vos cœurs font deux fois plus d'efforts

Pour crier l'existence

Pour prouver au silence qu'il a tort

Faut s'armer de patience

Ref :

Moi, je ferais n'importe quoi
Pour entendre ce que vos yeux racontent

Je donnerais toute ma voix

Pour mettre vos mots au monde

Quand l'hiver arrive, il vous enferme entre quatre murs

Sortir dehors devient beaucoup trop compliqué

Vous admirez la lune à la fenêtre, chaque jour elle murmure

L'espérance que le printemps va enfin arriver


Ref. :
Moi, j'ferais n'importe quoi

J'ferais briller l'soleil à l'année longue

Je ferais même passer une loi

Pour empêcher que la neige tombe


Bridge:
Vous êtes comme des enfants éternels
Vous savez tout parce que vous savez tellement aimer
Vous êtes comme une tv couleur ploguée dans l'ciel

J'vas me parker sur un nuage pour vous regarder

Si vous cherchez une bonne raison de continuer à vivre

Donnez-moi la chance de vous rencontrer

Ma vie surface sur fast forward avance sans rien dire

J'tourne en rond, par peur de voir ma fragilité

Ref. :

Faites n'importe quoi
Donnez moi la main, c'est tout ce qui compte

C'est vous, c'est votre joie

Qui met mon âme au monde (X2)

vendredi 23 novembre 2012

Ma différence

Aujourd'hui, on me demandait en quoi j'étais différente. En tout, j'ai eu envie de répondre. Une différence  écrite dans les veines. Un sentiment de reget dès l'enfance, du temps ou j'enlevais mes souliers dans la classe pour aller demander des questions au professeur parce que je trouvais ça plus confortable de même. Comme si la notion de ce qui se fait et de ce qui ne se fait pas était éclipsé de ma façon de voir à ce moment là de ma courte vie... Aujourd'hui, quelque chose déborde de moi. Une chose mystérieuse, une expression obligée, un mystère que même moi n'arrive pas à percé. Pourquoi c'est aussi fort...je n'ai pas cette réponse.

Pour la fête de mon ami Cédric qui a 30 ans aujourd'hui, on a trinqué au fait d'être bizarre... parce que c'est une des personnes qui me comprend en profondeur, qui partage cette étrangeté enfoncé dans les veines comme un complice de cette éternelle solitude. On trinque à notre cellule dans l'cerveau qui nous rend à gauche de la vie, qui fait qu'on tourne toute en dérision, qu'on prend les choses lourdes à la légère, et qu'on transforment les détails en importance capital.

Je suis différente parce qu'on me dit toujours que je suis trop, dans un monde que moi je ne ressens pas assez... Je n'arrive pas à m'adapter, à trouver la mesure et je commence à comprendre qu'il est peut-être inutile de chercher. Je suis différente parce que mon coeur passe en premier et ma tête en deuxième. Je voudrais être une machine à contenir d'l'éternel. Parce que je cherche à me faire une place au milieu de gens qui veulent rester confortable, bien assis et rassuré par ce qu'ils connaissent déjà.

Aujourd'hui, quelqu'un m'a sentie...comme si le bon Dieu, chaque fois qu'on se décourage nous donnait de l'espoir qu'un jour, notre vérité profonde serait entendue...enfin. Ce crit insoutenable en moi...veut se dire plus que tout au monde. Comme si  mon passage sur terre n'était qu'une parenthèse pour que ce cri puisse être entendue par d'autres. Pour scier des existences en deux...pour ramener des gens perdus dans le superficiel au bercail de leur vérité. Tout ce que je peux vous dire, c'est que ce n'est pas moi qui a choisie d'être différente..c'est dans le regard des autres que je l'ai appris. Maintenant le travail, c'est de me répéter que je suis normale d'être différente.




jeudi 13 septembre 2012

Geneviève...

Geneviève s'affirme. Geneviève s'oublie. Geneviève ose, Geneviève se retire.
Geneviève porte en manteau de vérité mais l'enlève de temps en temps.  Geneviève se met au monde et meurs dans la même journée. Geneviève aime de tout son coeur. Le public le sait. Geneviève veut faire son album pour entrer plus creux dans le coeur du monde.  Geneviève a besoin d'un médecin de famille pour l'aider a accoucher d'elle même....! Geneviève a une façon de faire..faire toujours mieux...cherche comment elle peut être encore plus fidèle a elle-meme, pour la finale de Granby et pour la vie.

lundi 9 juillet 2012

J'sais pu comment être une femme 1 er jet

Une pilule pour me lever
Les comptes sont en retard
J descend l'escalier
Faut du cash pour changer décor

Ce matin, un petit spécial
Du brillant sur mes yeux
C'est Lise Watier, c'est pas banal
Pour être glamour, j'fais tout ce que je peux

Derrière mon maquillage,
Mon déguisement de femme parfaite
Faut que j'trouve la faille, faut que j'trouve la rage
Pour pas devenir une marionnette

La bisness c't'un monde d'hommes
Faut s'battre pour se faire une place
Faut ça tu suite, faut que ça fonctionne
Même si ça craque ma carapace

Mais j'sens qu'on m'enprisonne
Si vous saviez comme ça m'ennuie
D'être aimer pour ce que je donne
Mais jamais pour ce que je suis

Refrain: Je sais pu comment être une femme

A soir, en arrivant,
Je fais à souper aux enfants
J'ramasse leurs cœur en miettes
Je l'aime pour ceux qui l'ont malfaite

Je cherche encore la façon
De concilier travail famille
Y'ont ben menti c't'une illusion
L'amour ça se me met pas dans une grille

J'veux ressembler a ma grand mère
Pis faire des tartes aux enfants
Mais j'aime trop ça partir en guerre
J'veux une place de premier plan

J'veux etre  petite dins bras de mon homme
Pour qu'il puisse ne protéger
Mais grande aux yeux du monde entier
Pour qui continue de m'admirer

Refrain: je sais ou comment être une femme

J'arrive ou a faire des choix
Jme cache au toilette pour brailler
Comment je fais pour croire en moi
Mon idéal ma trop usé

Et la tristesse prend l'affiche
Au cinéma de mes yeux
Mon nom s'ajoute au générique
De tout les gens malheureux

Y'a quelqu'un qui m'a dit
Que juste avant d' mourir
Ce qui compte le plus dans vie
C'est ceux qui vont nous laisser partir

Pourquoi courir partout
Sans jamais ce donnez rendez vous
Pour finit par quêter des yeux
Nues fesses dans une jaquette bleue

Refrain

Jeune femme discontinuée 1 er jet

Jeune femme discontinuée
Modèle hors série
Le cœur étiré
Par l'élastique de mes insomnies

De la tristesse qui s'ressemble à un fond de confiture
Cet enfance qui part pas
Je pleure des taches de fruit sur un habit blanc
Je n'existe pas vraiment
Parce que la vie se révèle
Hors du bordel de l'enfant

J'voudrais crier mon trop
Jusqu'à vous casser les oreilles
Je voudrais voler plus haut
En vous aimant pareil

Pour soigner mon amertume
Je suis folle et je l'assume (2x)

Mon cœur dort dans les ruelles
Sans jamais enlever son armure
On dit qu' le chemin vers le ciel
Est pavé d'égratignures

Des chansons quétaines de liberté
Joue en sourdine dans ma cervelle
Elle disent à ma bouche de les chanter
A tue tête sous un viaduc éternel


Pour soigner mon amertume
Je suis folle et je l'assume (2x)

lundi 2 juillet 2012

Hormones et canicule


Ma féminité explose de partout. Comme si les hormones décidait de s'affirmer tout d'un coup, toute en gang. La switch reproduction est activé pis c'tun nouveau sentiment qui nait au fond de moi...et c'est inconfortable...la passe de transition...

C'est plate mais c'est ce vide là qui me pousse à écrire ma vie à 3h du matin... C'est la température aussi pis le Canada day puisque toutes les Rona de Montréal étaient fermés pis j'ai pas pu m'acheter un fan..! Fake là ... Chu là. A me remettre en question dix milles fois plutot qu'une en ayant très chaud!